«

»

fév 10 2012

Imprimer ceci Article

« Je serai aussi une étoile » (ou que dire de la mort à un enfant?)

C’est sans doute un sujet que beaucoup de parents appréhendent, notamment lors du décès d’un proche, ou à l’occasion d’une expérience ou d’un mot malheureux qui absorbe l’esprit ou les pensées de votre petit, la question de la mort et de la disparition surgit. Comment répondre à un enfant qui vous demande où vous serez quand vous aurez disparu ?

Le mot étant lui-même assez angoissant, certains adultes usent souvent de doux euphémismes pour en parler ; par exemple : disparition, départ, sommeil éternel, fin de vie, grand voyage… mais au final, le problème reste identique; comment et que répondre à un enfant qui vous demande où vous serez quand vous aurez « disparu »?

Je n’ai pas la réponse.

Mais mon petit me pose parfois la question. Ou il aborde le sujet au moment où on s’y attend le moins. La mort ou le décès d’un grand-père, l’évocation du sujet entendu dans une conversation de « grands », tout est prétexte au questionnement chez un enfant. Et il faut bien trouver quelque chose à répondre…

Évidemment, dans ces cas-là, les dogmes liés à la religion offrent des facilités. Les personnes disparues ont rejoint « le paradis », « les nuages », etc. mais je refuse cette astreinte qui parallèlement sous-entend l’acceptation et l’embrassement de tel ou tel système de dogmes que, sans le refuser ni le mépriser, je ne veux pas imposer à mon enfant tant qu’il n’aura pas la possibilité d’en faire son propre choix, ou de les ignorer.

Alors j’ai cherché et trouvé ça :

Quand papa sera mort, il sera une étoile.
Tu pourras le regarder quand tu voudras et il sera là, à veiller sur toi, Nina, maman, Doudou…
Tu pourras lui parler, te confier, et il t’écoutera, de là-bas, et si tu écoutes bien, tu entendras sa réponse.
Et il continuera à t’aimer et vous aimer comme aujourd’hui.

J’aime bien cette image, parce que je la trouve très parlante, et rassurante en un sens.
Ce que nous percevons d’une étoile n’est-ce pas, après tout, que la lumière d’une entité ayant, dans la plupart des cas, déjà disparue ?
Et puis, devenir une étoile, c’est toujours, ou enfin, briller un peu… même si cette lumière est lointaine et n’existe plus dans sa réalité.

Les morts deviennent des étoiles et brillent dans le ciel au-dessus de nous, veillant sur leurs proches tout en se rappelant à eux, pour peu qu’ils regardent dans la bonne direction.
Comme nos personnes disparues, elles nous sont inaccessibles mais peuvent rester présentes et briller encore à nos côtés. Pour peu qu’on se souvienne d’elles, au milieu de mille et mille autres.

Ce n’est pas une pensée macabre, ce n’est peut-être pas la meilleure des explications, mais bon, il faut bien trouver des réponses aux Loulous…

-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*

Voir aussi la nouvelle Les extraterrestres, sur un thème similaire.

 

Lien Permanent pour cet article : http://blog.bellet.com/2012/02/10/je-serai-aussi-une-etoile/

4 comments

Passer au formulaire de commentaire

  1. Mélanie

    C’est très joli !! j’en ai les larmes aux yeux ….

  2. sophie

    je vais laisser exactement le même commentaire que Mélanie : j’en ai les larmes aux yeux…

  3. Peter Pan

    Valentin (dont c’est la fête demain) et Nina peuvent être fiers d’avoir un papa qui prend soin de ses enfants et essaye de répondre du mieux qu’il le peut à leurs questions les plus existentielles…

  4. Mat

    Merci Peter :-)

Commentez cet article

%d blogueurs aiment cette page :